Coin Lecture

Aveu de faiblesses de Frédéric Viguier

Le roman Aveu de Faiblesses de Frédéric Viguier sort le 5 janvier 2017 en librairie. C’est avec un grand plaisir que je l’ai lu en avant-première. Le titre a suscité ma curiosité et la 4ème de couverture l’a renforcée. J’ai donc dévoré le roman Aveu de faiblesses de Frédéric Viguier et je vous donne mon avis…

Nous avons tous été des enfants, nous connaissons donc la cruauté dont peuvent  faire preuves certains d’entre eux (et d’entre nous), envers celui qui semble ne pas être « normal ». Frédéric Viguier expose et exploite cette réalité à travers son personnage principal. Un enfant puis adolescent qui se sent rejeté de par son physique atypique.

L’amour inconditionnel d’une mère pour son enfant, est un axe majeur sur lequel nous ne pouvons pas passer outre dans ce roman. Vient ensuite la péripétie, celle d’un drame qui va perturber toute la famille.

Un meurtre, des doutes, du suspens, des chamboulements psychologiques, de « bons » ingrédients réunis pour un bon roman sombre.

La manière dont la vérité est amenée contrebalance toutes les idées et convictions que l’on a pu se faire lors de la lecture. Nous en sortons chamboulés mais paradoxalement, j’ai apprécié cet état.  La phrase de fin, s’impose comme une gifle qui nous ramène à la réalité…Méfiez vous de ne pas tomber dans le même piège que moi…

Extraits notables :

Je suis laid, depuis le début. On me dit que je ressemble à ma mère, qu’on a le même nez. Mais ma mère, je la trouve belle. Elle est courageuse, si différente de moi.

Depuis le début on se fout de mon nez, qui est trop long, et de mes jambes, qui sont tordues, et de mon ventre, qui est gros, et de mes cheveux, qui sont trop roux, et de moi qui ne parle jamais.

Un jour, j’ai pris conscience que les années avaient passé, sans que l’on me prévienne, et que le souvenir de mes espoirs de rédemption s’était estompé, au même rythme que la transformation de mon visage.

Je ne connais rien à l’ivresse, je ne connais que le mot. Je pense que c’est une invention qui rend la solitude supportable, je n’ai jamais essayé, je suis pourtant seul, mais j’ai ma mère, et je pense que c’est un rempart à l’ivresse.

L’homme me regarde, se cure les dents  avec l’extrémité du trombone, et me dit : « Je cause pas à un tueur d’enfants. »

C’est mon avocat qui m’a dit qu’il fallait que je participe à la reconstitution, qu’il fallait que je joue le jeu, sans rechigner.

Le psychologue a voulu me faire dire ce que je ne voulais pas dire, il m’a forcé à parler de honte…

Mon avis

Lecture vivement conseillée !! Ce roman s’inscrit sur ma liste des belles découvertes de l’année.  Il m’a fallu 4 heures pour traverser cet univers glacial mais tellement bien écrit que je n’ai ressenti à aucun moment l’ennui ou l’envie de m’arrêter.

J’ai aimé lire ce livre, la chute est comme je les aime, c’est à dire surprenante, inattendue et marquante ! Un pur moment de plaisir ces 4 heures de lectures. J’aimerais vous en dire plus, mais je me retiens pour pas vous spolier le livre ! Bonne lecture et n’hésitez pas à partager vos avis.

 

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaire

  1. Your’s is the innteligelt approach to this issue.

    1. Thank you for you message.

Laisser un commentaire